Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

   

 

 

   

Présentation chrono-anthologique de La doctrine de droit privé  

(1804-2010)

 

D. Mainguy,
Professeur à la faculté de droit de Montpellier

 

 

 

 

Une telle présentation est  a priori redondante. Philippe Malaurie a proposé une anthologie de la pensée juridique (Cujas, 2ème éd. 1996), bien plus large d’ailleurs, puisqu’elle rassemble des philosophes, des écrivains, des historiens, des juristes, des français, des anglais, des allemands, des américains, etc. en tant qu’ils ont marqué la pensée juridique et Jean Halpérin dans son Histoire du droit privé depuis 1804 (Puf) puis P. Arabeyre, J.-L. Halpérin et J. Krynen (dir.), dans leur Dictionnaire historique des juristes français, (PUF, 2007 ).

Le propos ici est un peu différent en ce sens que ces quelques modestes lignes envisagent simplement de présenter la doctrine, de droit privé (et j’élargirai parfois) pour l’essentiel, en tant qu’elle  s’est arrêtée, pratiquement, avec Ripert, personnage sur lequel j’émets,  au rebours de la plupart des juristes et au risque de me faire quelques ennemis, les plus grandes réserves.

Cette présentation vise donc à montrer les évolutions de la doctrine de droit privé, pour l’essentiel sur les deux siècles qui nous éparent du Code civil, tout en montrant les enjeux de cette évolution.

Je diviserai cette présentation en plusieurs, parties : les anciens, c’est-à-dire les auteurs précédant la Révolution et le Code civil (I), les contemplatifs, qui regardèrent le Code civil comme un texte sacré (II) , les réformateurs qui surent sinon faire évoluer l’étude du droit du moins poser les jalons d’une   appréciation de cette évolution possible, avec quatre auteurs majeurs, Saleilles, Gény, Demogue et Ripert (III), les portalis.jpg  modernes (IV) puis les contemporains (V). J’ajouterai, à l’occasion, dans ces périodes, des  auteurs non proprement juristes pour tenter d’expliquer les évolutions sociales qui conduisent à des évolutions juridiques. Bien entendu, cette présentation est en cours de construction. Les propos présentés sur le site ne sont pas figés, ils évoluent au fil des lectures. 

 

 

I. – Les anciens (...-1804) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Jean Etienne Marie Portalis

 

Le_Radeau_de_la_Meduse-copie-1.jpg

 

 

II. – Les contemplatifs (1804-1880)  


Charles Demolombe

Raymond-Théodore Troplong

Aubry et rau

   J

 

 

 

 

 

 

 

 

Géricault, Le radeau de la Méduse, 1818

 

 

Duchamp-nu-descandant-un-escalier.jpg

III. – Les réformateurs (1880-1920) : Le tournant, libre recherche scientifique et courant social

 

 

 

 

 

Raymond Saleilles
François Gény

Marcel Planiol

rené demogue

Georges Ripert

 

 

 

  M. Duchamp, Nu descandant un escalier, 1912



IV. – Les modernes (1920-1960) 

 

 

 

 

 

 

Jean Carbonnier
Henri Mazeaud et les Mazeaud

 

 

 

 


 

V. – Les contemporains (1960-2010)

  

Hulk Elvis I, Jeff Koons
Hulk-Elvis-I.jpgUne petite précaution, en premier : il est assez difficile de parler des auteurs vivants (Dieu les garde, d’ailleurs). L’usage, assez curieux d’ailleurs, veut que l’on traite des morts plus que des vivants. Une bonne raison, les vivants peuvent changer d’avis et surtout consolider leur œuvre ; une mauvaise, parler d’un auteur, c’est déjà l’enterrer.
Rompant avec l’usage, j’évoquerai ainsi quelques uns des auteurs majeurs en droit civil et en droit privé général d’aujourd’hui, ce qui fera, beaucoup, beaucoup de monde.
Même en m’en tenant seulement aux professeurs, il y a eu depuis 1960 environ et jusqu’à 2009 (date du dernier concours d’agrégation), une quinzaine de concours à 20 places, et ensuite, à compter des années 1990 environ, une dizaine de concours à 28 puis 30 (le mien en 1997 par exemple) puis à 33 postes, soit, environ 600 professeurs, et ce sans compter les professeurs qui ont été reçus dans ce corps via la « voie longue » ou le second concours.
La grande nouveauté dans la présentation des auteurs tient à leur spécialisation. La plupart des auteurs contemporains sont plus ou moins spécialisés, même parfois logés dans ces sous-spécialités, ce qui est assez critiquable si l’on y songe.
J’évoquerai ainsi quelques auteurs, comme les précédents, isolément, en raison de leur autorité, et puis, de manière plus compactée, les auteurs par leur domaine de spécialité.


Michel Villey

François Terré

Felix Rome


 

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :